Mother India : un pèlerinage au cœur de soi

L’Inde, le pays du pèlerinage, de la quête, de la désillusion, des paradoxes, des mondes parallèles, des dieux, des énergies, de l’instant présent et enfin… pays de la vérité.

Je voudrais vous avertir : on ne décide pas d’aller en Inde. C’est elle, Mother India, qui vous appelle.

Une entité

Il est de ces pays que l’on personnifie comme une entité à elle seule, tant l’énergie de ces terres sont puissantes et ont la capacité de faire virevolter tout ce qui n’était pas notre propre vérité. L’Inde a cette réputation mais possède en plus de cela un sentiment d’universalité, tel le berceau de l’humanité.

Si vous avez pris la décision de partir en Inde, c’est que votre âme vous pousse vers la claque monumentale dont vous avez besoin. Peut-être n’en êtes-vous pas conscient, mais que ce voyage se passe bien ou mal vous en retiendrez quelque chose. Peut-être infime ou grandiose, accablante ou ressourçante, une chose qui remue les tripes ou qui te fais te sentir vivant… C’est ça l’Inde, c’est la vie, c’est le vacillement de l’identité.

DSC_0574 (2)

Un voyage au cœur de soi

Ici, l’Orient désoriente.

Certains voyageurs, plus déterminés à ne pas se laisser impressionner dirais-je, ont le temps de se retrouver confronté à tous leurs blocages mais aussi à une Inde fantasmée. S’accrocher à ce que l’on croit être une vérité devient alors le pire cadeau que l’on puisse s’offrir en Inde. Même si chaque voyage donne l’occasion de se transformer, celui-ci est fait de tant de paradoxes qu’il ne laisse pas le choix de faire un travail constant sur soi.

Pourtant quelques baroudeurs, pour ne pas dire beaucoup, finissent tout de même par lâcher prise et s’ouvrent ensuite à l’enchantement.

Car il y a ceux qui ne cessent d’avoir un regard détaché de tout jugement sur le chaos que peut être ce pays. Ce grand bordel organisé mérite qu’on s’y attarde : prendre un tuktuk et avoir peur pour sa vie toutes les deux minutes, croiser des sages ayant passé leur vie en quête de pureté, puis d’autres menant une existence de Maharaja aux airs de Bollywood, contempler des paysages somptueux que l’on aurait jamais osé imaginer puis être désenchanté par la pollution des sols, croiser des vaches se baladant tranquillement sur l’autoroute, rencontrer des femmes somptueusement vêtue mais suant d’efforts pour transporter plusieurs kilos au sommet de leur tête, des gamins parlant trois langues mais qui ne portent pas de chaussures… la liste des contrastes est longue.

DSC_0712 (2)

Une libération

Ce n’est que lorsque l’on parvient à faire abstraction des paradoxes, ou plutôt en faire le constat avec plus d’émerveillement que d’à priori, que l’on se libère enfin de nos schémas occidentaux. C’est là que le voyage commence…

A travers le monde, on voyage pour éprouver. En Inde, on voyage pour s’éprouver soi-même. Symbole du grand pèlerinage, de la quête spirituelle et du merveilleux, cette échappatoire à tous les repères conduit vers un plongeon dans notre être intérieur : là où nos peurs ont à la fois toutes les raisons d’exister, puis plus aucune.

Mother India vous accueille les bras ouverts et chargés de surprises qu’il faut savoir accueillir : elle vous oblige à prendre le temps, à regarder, à accepter, à méditer, à vous ouvrir aux forces insoupçonnées qui résident en vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s