La douloureuse question de l’amour de Soi

Parce que cette question revient beaucoup ces derniers jours dans mes discussions, voilà un petit retour sur un sujet épineux : l’amour de soi.

Je n’englobe pas toutes les souffrances, mais j’ai pu constater à quel point il est souvent à l’origine de nos maux. Nous passons en ce moment par une phase de remise en question de nos choix, nos buts, nos rêves… et ça secoue !

Je répète que je ne détiens aucune vérité, j’ai seulement travaillé sur la confiance et la self-estime depuis plusieurs mois et c’est pour cela que je me sens aussi épanouie aujourd’hui. L’amour de soi est sans aucun doute le socle qui nous permette de construire une vie qui nous ressemble.

Comment travailler sur cet amour de soi ? Comment arrêter de se juger et de s’enfoncer soi-même ? Comment accueillir la bienveillance à notre égard ?

Je ne vais pas vous le cacher : c’est très difficile.
  • Parce que d’abord il y a les habitudes du mental. Le schéma de nos pensées, qui viennent et reviennent sans cesse comme un flot incessant de jugement et de crainte : « je n’y arriverais pas » – « j’aimerais mais je n’en ai pas le courage » – « je suis trop ou pas assez » – « je n’ai pas le talent »… Autant de phrases où l’on se juge soi-même.

L’ego en prend un coup, et ce sont tous nos rêves qui s’étouffent sans bruit.

 

  • Ensuite il y a la peur d’être mal perçu, mal aimé, pas encouragé et jugé :
    « Et si je me plantais, les autres cesseraient-ils de m’aimer? » « Celui-ci ou celle-ci a réussi, bien mieux que je le ferais, donc à quoi bon ? » « Mes proches n’accepteront jamais que je réalise ceci ou cela »

On s’auto-dévalorise en anticipant des réactions imaginaires.

 

  • Puis il y a la procrastination, mon favori : « Quand ça sera le bon moment je me lancerais » « Je n’ai pas encore les finances, les moyens, les capacités, l’envie, le talent… »

Comme si on était dans l’attente d’un événement extraordinaire ou d’un déclic intérieur, lui aussi imaginaire.

 

Avec de telles habitudes de pensée, nous nous mettons tout seul à craindre une vie qui devrait déjà être là et nous en repoussons l’existence, MAIS… Ce n’est pas trop tard !

Nos neuro-connexions répètent inlassablement ce qu’on leur a appris.
Oui, ce n’est pas de votre faute, nous sommes ainsi fait. Sachez qu’il faut 21 jours pour les reprogrammer : trois petites semaines qui ont la capacité de transformer durablement votre façon de penser, et donc d’agir.

La méditation est un outil essentiel pour se débarrasser des pensées superflues. Ce concentrer sur le présent (c’est de toute façon la seule chose qui existe alors autant s’attarder dessus) est l’opportunité de se faire face, dans la clarté et non dans l’illusion de nos craintes.

C’est un travail constant et quotidien, il n’y a rien de magique. Trop souvent nous attendons la solution miracle alors que tout est déjà là, en nous.

Mais oui il faut prendre le temps de regarder à l’intérieur, même si ça fait mal…

Ensuite, il faut chercher ce qui nous rend fiers : qu’est ce que je créé au jour le jour qui ait du sens ? Valoriser nos points forts engendre plus de confiance et donc d’amour de soi. Mais pour cela il faut être dans une énergie créatrice, peu importe le domaine tant qu’il nous ressemble. On ne créé par pour les autres, on créé pour soi-même avant tout. Petit à petit, et chaque jour un peu plus, nous trouvons en nous ce qui fait réellement vibrer et avancer.

Le seul risque à s’aimer suffisamment est de tomber du mauvais côté de l’ego (et là je vous parle de moi) J’ai tellement reçu d’amour de votre part ces derniers mois que parfois je me perds dans la « toute-puissance créatrice ». Voilà mon nouveau boulot, travailler sur l’humilité. Ce n’est pas pour autant que je reviendrais en arrière, car cette nouvelle énergie qui m’accompagne depuis un an m’a permise d’avancer à pas de géant.

2016 a été une année merveilleuse pour moi. Elle a pourtant mal commencé, puisque j’ai perdu un ami cher, mais ce malheur a participé à me convaincre que la vie est trop courte, que c’est maintenant, que personne ne m’aidera, que tout ce que je veux je dois me l’apporter, sans cela la vie passe et n’a pas le goût délicieux qu’elle devrait avoir.

Il n’y a pas de bons moments ni de bonnes circonstances et le chemin est tortueux, mais pour moi il n’y a que lui qu’il vaille la peine. Alors pour 2017, j’espère profondément que ceux qui ont peur d’eux-mêmes réussiront à trouver leurs ressources intérieures,

car elles sont infinies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s