Il est l’heure de reprendre la route : je quitte l’Inde

Je viens de passer 1 an et demi en Inde. Ces 17 mois furent les plus incroyables de ma vie, comme si tout l’univers avait secrètement conspiré pour me guider vers ce pays, où je ne pensais pas me rendre un jour…

Honnêtement, deux mois avant le départ, mon discours ressemblait plutôt à ça :

« Aller en Inde ?! Hors de question. Jamais je ne mettrais les pieds dans ce pays qui a l’air si dangereux. Il paraît que les gens en reviennent fous, que les touristes blanches comme moi se font régulièrement violer, que les rues sont sales et la nourriture trop épicée alors que je ne supporte même pas le poivre. Non merci »

Mais je suis persuadée que l’on ne décide jamais d’aller en Inde, c’est elle qui nous appelle. Cela s’est passé pour moi mais aussi pour un grand nombre de voyageurs rencontrés en route. Tous s’accordent pour dire que les énergies de cette terre ont quelque chose de plus, quelque chose qu’il est difficile d’exprimer par les mots, qui est impalpable mais réel : une sorte d’élan de vie qui résonne tellement avec notre nature profonde que l’on se sent comme transporté vers ce qui semble, à présent, plus vrai.

Vivant ainsi dans l’Himalaya et la ville la plus pluvieuse de l’Inde, j’avoue sans honte que ces deux hivers et cette mousson de 4 mois ont eu raison de mon amour pour ce pays, qui pourtant m’aura vue renaître. Je suis une nomade dans l’âme et dans le cœur, et j’ai décidé de reprendre la route.

Vous connaissez ma devise : pas de plans, pas de problèmes.

Je planifie le moins possible mais je rêve beaucoup. Alors voilà, j’ai un aller simple en direction de Bali, et je quitte Dharamsala dans 45 jours.

Pour la suite, ce ne sont que des rêves donc, mais à priori je passerais par la Malaisie avant de rejoindre l’Espagne de mon enfance, puis je profiterais de la plus parfaite des côtes : la Landaise, jusqu’à la fin de l’été. Ensuite, j’irais découvrir l’Italie pour y rechercher mes origines durant quelques semaines ou mois. Le prochain hiver pourrait être Argentin ou Chilien… ou tout autre pays ensoleillé ! Car tout mon corps vibre à l’idée de me rendre là où il fait chaud, puisque j’aurais eu suffisamment froid pour les dix prochaines années en ayant passé cette merveilleuse année en Inde.

Sans aucun doute, je ne suis plus la même qu’il y a un an et demi. Je ressens tant de gratitude pour chacune des rencontres et des liens que j’ai établi ici. Mais la vie est un perpétuel mouvement alors :

On the Road again !!

Belle journée bande de gens bien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s